Jay and The Cooks – Dutch Oven

(Juste Une Trace 2014)

– Wayfaring Stranger (4’26)
– Old Joe Clark (3’27)
– Death Don’t have no Mercy (4’50)
– Love will tear us apart (4’37)
– Goodnight Irene (3’50)
– Dead Flowers (4’07)
– Je t’aime (4’16)
– Mole in the Ground (3’09)
– Tonight the Bottle Let Me Down (3’02)
– Oh! (3’21)
– Shortnin’ Bread (2’59)
– Camptown Races (3’01)

Dutch Oven – les chansons

WAYFARING STRANGER
(traditional)

J’ai entendu cette chanson pour la première fois sur un disque de Johnny Cash. J’ai lancé mes recherches qui m’ont amené à de nombreuses versions de celle d’Alford Deller (un contre ténor anglais !) à Joan Baez en passant par Jack White. C’est une chanson mélancolique qui rappelle que l’on doit se débrouiller tout seul dans un monde où seule la mort peut réunir les gens. De quoi vous dégriser. C’est aujourd’hui un standard du répertoire Bluegrass (Bill Monroe l’a enregistrée a capella).

DEATH DON’T HAVE NO MERCY
(Gary Davis)

J’avais l’habitude d’écouter Hot Tuna interpréter cette chanson. Puis j’ai découvert la version du Révérend Gary Davis. C’est une chanson puissante pour laquelle Gary Davis est intouchable. Nous avons tenté de lui donner une autre teinte avec des balais pour la batterie, une basse et une mandoline.

GOODNIGHT IRENE
(Huddie Ledbetter, J.Lomax)

Cette chanson est dédiée aux enfants de Paul et Edith. C’est la chanson que j’ai chantée à Irène (leur fille) à leur barbecue de départ. La première version que j’ai connue était celle de Ry Cooder ; il la jouait dans un style tex mex, si je me souviens bien. C’est bien sûr Leadbelly qui l’a rendue célèbre et il y a même apposé sa signature avec John Lomax. Il n’est cependant pas certain qu’il l’ait composée. Des infos à ce sujet ? Je suis preneur.

JE T’AIME
(Marie-France Floury)

Ecrite spécialement pour cet album par Marie-France Floury. Quand j’ai commencé à penser à faire cet album, j’ai tout de suite pensé à Marie-France. Elle a une voix distinctive haut perchée et transmet de façon très naturelle ses émotions à travers sa voix (elle est chanteuse dans un groupe de musique traditionnelle en Bretagne, France). Elle est aussi très   créative et est arrivée avec deux chansons pour Dutch Oven. J’avais envie « d’essayer » de chanter en français, après tout, je vis ici depuis très longtemps. Ca m’est venu naturellement même si c’était un vrai challenge ! Je n’aurais jamais pu chanter ces paroles en anglais, l’ambiance est trop française, une véritable expérience.

TONIGHT THE BOTTLE LET ME DOWN
(Merle Haggard)

Un super morceau de Merle Haggard. Et, pour tout dire, je suis passé par là.

CAMPTOWN RACES
(traditional)

Une véritable leçon d’anglais « do, da, do, da » et une des toutes premières chansons « pop » américaines écrite au milieu du 19ème siècle par Stephen Foster.

SHORTNIN’ BREAD
(traditional)

Une vieille chanson qui était interprétée par le joueur noir de banjo de Caroline du Nord Lewis « big sweet » Hairston. Nous nous sommes inspirés de sa version mais j’ai imaginé la partie rap en me faufilant dans les encombrements du périphérique parisien sur mon scooter, fredonnant les paroles sous mon casque. Les paroles étaient du rap avant l’heure. Ca m’a paru naturel, qu’en pensez-vous ?

OLD JOE CLARK
(traditional)

J’adore les paroles. Vieille chanson traditionnelle de l’Est du Kentucky qu’interprétaient les soldats durant la première guerre mondiale. On dit qu’il en existe environ 90 couplets. J’en ai choisi quelques uns qui m’ont paru particulièrement intéressants.

LOVE WILL TEAR US APART
(Ian Curtis, P.Hook, S.Morris, B.Sumner)

Pour être honnête, je dois avouer être passé à côté des années 80 en matière de rock underground ; à l’époque, je jouais de la basse dans des groupes de blues et R’nB, dommage car je découvre seulement maintenant qu’il y avait d’excellentes choses dans ce style. J’ai essayé d’insérer le banjo avec un bourdon modal et de le jouer dans un esprit rock avec Paul Péchenart (des Dogs et un ex Froggies tout comme moi) sur une vieille Gibson acoustique. Je crois que ça a marché. On pourrait qualifier ça de mise à jour de ses racines ! C’est Paul Bessone qui m’a recommandé cette chanson.

DEAD FLOWERS
(Mick Jagger, Keith Richards)

J’ai toujours adoré les chansons country rock des Rolling Stones. Ces british ont réellement apporté un sang neuf à la country music (Honky Tonk Woman, Faraway eyes). J’espère que vous apprécierez cette version acoustique en trio.

A MOLE IN THE GROUND
(traditional)

Ouah! Quelle chanson! Toute modale et dingue. Je l’ai découverte sur l’Anthologie smithonienne de Harry Smith interprétée par Bascom Lamar Lunsford. Un morceau qui vous glace le sang auquel nous autres mortels ne pouvons rendre justice, mais nous essayons. C’est Marie-France qui a eu l’idée d’utiliser sa voix de manière modale dans le style des binious de Bretagne.

OH!
(Marie-France Floury)

Un autre morceau de Marie-France spécialement composé pour cet album. A nouveau en français. Que Dieu ait pitié de moi ! Mais la chanson contient sa vérité et elle est superbe. Tout comme « Tonight the bottle let me down », ce sont des choses qui arrivent.

Credits

 

Jay Ryan: voix lead, guitare

Lou Morin: mandoline, choeurs

Marie-France Floury: choeurs, voix “Drone” (8)

John Duff: banjo, balais, choeurs

Paul Rabary: harmonica

Tim Jessop: guitare (3, 5)

Paul Péchenart: guitare (4)

 Produit par Juste Une Trace et Folktrad

Photographies par Joanna Borderie

Logo par Mark Weissberg

Conception graphique par Céline Cuvelier

Nos compagnons de route:
José Jeanrot, la famille, Ginette & Jean, Paul Bessone & Edith Gaudy & leurs enfants, Marie-France Floury, Joanna Borderie, Céline Cuvelier, Mark Weissberg, Michel Ernest, Laetitia Frenod, Bernard Rousseau, Chris & Brigitte Drapier,

Patrick & Catherine, Patrick Raffin, Marco, Vittoria, Gianmarco, Les Eads.

La route est longues et les lieux et les gens nous sont chers, alors merci aussi aux plages californiennes, au Michigan et à ses rivières, les universités de Bloomington & Indiana, Austin Texas & Antone’s Blues Club, Boston et Pittsfield Massachusetts,
New York City et le quartier du Lower East Side, le sud de la France, Paris, Montmartre, et enfin mais non des moindres le marché aux puces et Saint Denis

 

It wasn’t always simple but I always found GOOD FOOD along the road from the beginning.
Share This